Association Ny Aina

La commune d’Ampitatafika

dimanche 13 décembre 2009

Si vous cherchez Ampitatafika sur internet, vous trouverez une commune de ce nom à 100km au sud d’Antananarivo ; ce n’est pas la bonne.

Pour aller à Ampitatafika, quittez Antananarivo par la RN1 ; apres 10km, vous aurez passé un grand rond point qui est le carrefour avec la RN4, puis franchi deux rivières qui coulent vers le nord, d’abord l’Ikopa qui coule vers Majunga, puis le Sisaony, qui rejoint l’Ikopa 10km au nord ; vous êtes arrivé. Apitatafika est là, dans la boucle du Sisaony qui est sa frontière à l’est et au nord où la RN1 suit la rivière ; les collines limitent la commune vers le sud-ouest.

Sa superficie est de 21,7km2 pour 46000 habitants, soit 2100 habitants par km2. Ce n’est pourtant pas une ville, mais le rassemblement de 13 fokontany (villages) ; le plus peuplé Ampitatafika Vaovao a 10000 habitants, le second, Faliarivo où se trouve l’école, en a 9000, les autres de 7000 jusqu’à 500.

Fin 2008 les 46000 habitants d’Ampitatafika se répartissent par age et sexe suivant le tableau :

Sexe /Âge 0-5 6-17 18-60 61+ Total
M186272161138996521432
F2294843912154150424391
Total41561565523543246945823

On constate un déficit pour les petits enfants qui pouraient être 7000 et non pas 4000 et en particulier pour les garçons ; la mesure est probablement biaisée mais nous ignorons pourquoi. Il est possible que le nombre de naissances ait diminué ces dernières années, mais ceci n’expliquerait pas l’étonnant sex ratio de 0,81 pour les enfants de moins de 6 ans.

Comme tous les environs d’Antananarivo, Ampitatafika est une zone rurale dont la population a beaucoup augmenté pendant le 20e siècle ; les rizières et le bétail n’ont pas suivi et même les terres agricoles ont été grignotées par l’extension des habitations ; ainsi, ces anciennes communes rurales qui ravitaillaient autrefois Antananarivo sont aujourd’hui en déficit alimentaire.

Beaucoup d’habitants travaillent à Antananarivo ; quelques artisans satisfont les besoins locaux : forgerons, menuisiers, charpentiers, maçons, briquetiers. Il y a les patrons et les employés des services : enseignement, santé, culte, administration et commerce. Les autres, la majorité, sont paysans même si certains occupent de petits emplois : transport de marchandises par charette ou pousse-pousse, lavandière, domestique.

Ces paysans n’écoulent plus leurs productions à l’extérieur de la commune ; les plus productifs vendent une partie de leur récolte sur le marché local, mais faute de terre, la plupart autoconsomme presque toute leur récolte. Beaucoup préfèreraient travailler en ville, mais tous les petits emplois sans qualification sont saturés et les salaires sont si bas qu’ils ne permettent pas de prendre quotidiennement le transport (30 centimes aller-retour pour un salaire quotidien inférieur à 1 € ).

Si l’habitat est presque toujours très modeste, celui des paysans particulièrement, il n’y a pas de bidonville ; ceux-ci sont plus près d’Antananarivo, là où il y a quelque ressource : mendicité, chapardage, expoitation des ordures.

La plupart des enfants sont scolarisés ; les enfants de paysans vont à l’école publique qui est la moins chère. Les parents savent que l’école est la seule chance pour leurs enfants d’obtenir un meilleur avenir.

La population dispose des services publics, dont voici l’inventaire :

  • Enseignement :
    • 8 écoles primaires publiques et 1 collège public ; 1 école technique publique en projet.
    • 2 écoles primaires Catholiques
    • 2 écoles primaires et 1 collège Protestants
    • 2 écoles primaires Adventistes
    • Plusieurs écoles et 2 lycées privés non confessionnels.
  • Santé :
    • Un dispensaire classé Centre de Santé de Base Niveau II
    • Une maternité
  • Administration :
    • Une mairie
    • Deux postes de Gendarmerie
    • Un bibliobus
    • Il n’y a ni poste ni distribution de courrier
  • Electricité :
    • sur une partie de la commune
  • Transport :
    • 4 lignes d’autobus à 400 Ariary la place, pour diverses destinations à Antananarivo.
  • Cultes :
    • Une dizaine de lieux de culte, dont 3 églises catholiques et 2 temples protestants

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 938 / 22420

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOS ACTIONS  Suivre la vie du site École publique SABOTSIKELY  Suivre la vie du site Commune d’Ampitatafika   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.23 + AHUNTSIC

Creative Commons License